La perception

Multimédia 
2015


Grand prix Lux 2015





Dans son livre «La chambre claire», Roland Barthe explique que notre perception de la photographie est souvent limitée dû à nos réflexes cognitifs. En fait, nous ne pouvons nous empêcher de lier les éléments visuels qui composent la photo : les sujets, les objets, les paysages, à ceux qui composent notre réalité. Ainsi, lorsque nous contemplons un cliché, plutôt que de se laisser transpercer par la profondeur affective de celui-ci, notre cerveau s’évertue à faire des liens entre l’image et ce qu’elle représente objectivement.

Par exemple, à la vue de la photo d’un coucher de soleil, le cerveau tenterait automatiquement de trouver ce qui y est représenté, sans laisser de place à l’interprétation plus affective, émotive, qui pourrait s’en dégager.

L’exploration suivante tente de duper cet effet cérébral, en cernant un élément précis d’une photo et en le dissociant de son contexte. Cet exercice livre des compositions abstraites, où les objets deviennent difficilement reconnaissables, privés de toute toile de fond.